Arado 234 Ar B-2/B-2N

maquette avion Arado 234 Ar B-2/B-2N FLY MODELS 32008 1/32ème maquette char promo

32008

New

This product is no longer in stock

By buying this product you can collect up to 7 loyalty points. Your cart will total 7 points that can be converted into a voucher of 1,40 €.


74,99 €

Accessories

Data sheet

Hauteur1/32ème

More info

maquette avion Arado 234 Ar B-2/B-2N FLY MODELS 32008 1/32ème maquette char promo

L’Arado Ar 234 Blitz fut le premier bombardier à réaction à entrer en service dans une force aérienne. Conçu dans les dernières années de la Seconde Guerre mondiale par le constructeur allemand Arado, il ne fut produit et utilisé qu’en petit nombre, presque exclusivement dans des missions de reconnaissance. Cependant lors des quelques bombardements qu’il réalisa, il se révéla à l’abri de toute interception. La première utilisation de l’avion au combat eut lieu quand les deux prototypes V5 et V7 furent envoyés en France sur la base allemande de Juvincourt, dans le département de l’Aisne, le 25 juillet 1944, pour photographier la tête de pont alliée en Normandie, ce que les avions de reconnaissance ordinaires ne pouvaient plus faire. Les premières missions de bombardement furent menées le soir de Noël 1944, en soutien de l’offensive des Ardennes. Neuf Ar 234B, armés d’une seule bombe de 500 kg sous le fuselage, s’en prirent à la ville de Liège. Plusieurs missions furent alors accomplies avant que le temps ne se dégrade début janvier. Le nombre d’avions et la charge offensive emportée firent cependant que ces bombardements relevaient plutôt de simples missions de harcèlement. À cette époque, la Luftwaffe ne pouvait aligner que dix-sept Ar 234B, douze configurés en bombardiers et cinq pour la reconnaissance. La prise du pont Ludendorf à Remagen, sur le Rhin, fut l’occasion du plus gros emploi de l’Arado Ar234 comme bombardier. Sur l’ordre de Hermann Göring, tous les avions disponibles tentèrent de détruire le pont ; attaquant souvent à basse altitude, ils subirent des pertes sérieuses, en particulier du fait de l’artillerie antiaérienne, sans réussir à toucher l’ouvrage. Le pont s’affaissa de lui-même le 17 mars, mais la tête de pont alliée était alors solide et desservie par un pont de bateaux construit rapidement. Manquant d’essence et de pilotes qualifiés, les Ar 234 continuèrent la lutte, jusqu’à l’écroulement du Troisième Reich. Kit High Tech avec pièces en résine et photodécoupe

30 other products in the same category: